Définition de la rat race

La rat race est une expression anglophone signifiant « course de rats ». A l’image des rats de laboratoire qui évoluent dans un labyrinthe à la recherche d’un bout de fromage, la rat race désigne une poursuite sans fin et sans intérêt. Elle fait le plus souvent référence aux modes de travail et de consommation de nos sociétés.

Etre dans la rat race, par analogie, c’est être dans un système qui nous encourage à travailler dur principalement pour pouvoir acheter des choses, dont certaines ne sont nécessaires que parce que nous travaillons. C’est fournir des efforts considérables pour, au final, avoir une vie vide de sens, tournée autour du travail et de la consommation.

Rat Race

Le problème avec la Rat Race

« La réalité, c’est qu’il y a des millions de gens qui mènent des vies désespérantes, qui travaillent dur et longtemps dans un job qu’ils détestent, pour pourvoir se payer des choses dont ils n’ont pas besoin, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas. » – Nigel Marsh

Le problème avec la rat race, c’est que c’est un engrenage. Le travail nous permet d’acheter des choses, plus ou moins nécessaires, d’avoir un statut social. Il permet aussi de nous endetter pour acheter une maison, une voiture… Et pour payer les factures, continuer à consommer, conserver son statut et rembourser ses dettes, souvent pas d’autre choix que de… continuer à travailler.

Si vous aimez votre travail, pas de problème ! En revanche, si, comme près de la moitié des français, votre job est loin d’être une passion, vous êtes pris au piège… Comment faire ? Se résigner et sacrifier quarante ans de sa vie en attendant une hypothétique retraite ?  

Le souci avec la rat race, c’est que nous ne sommes pas des rats mais des hommes. Et le propre de l’Homme n’est-il pas de rêver, prendre la responsabilité de sa vie et lui donner du sens ?

 

Deux moyens pour sortir de la rat race MAINTENANT

Comment faire pour sortir d’un schéma que la société tout entière nous impose et agir au lieu de subir ? Vous l’avez compris, la rat race, c’est accepter un travail qui ne nous plaît pas pour gagner l’argent nécessaire pour couvrir nos charges et consommer. Je vous propose donc de prendre les commandes de votre vie et d’inverser les manettes !

Souvent, on aborde la rat race et les solutions pour en sortir d’un point de vue strictement financier. L’idée est de remplacer son salaire par d’autres sources de revenus passifs (immobilier, bourse, …) et atteindre la fameuse indépendance financière, qui vous permettra, un jour, d’aller voir votre boss et lui dire : « je n’ai plus besoin de salaire, bye bye ! »

Le souci, c’est qu’à moins d’avoir beaucoup de cash au départ, c’est loin d’être immédiat et pendant que vous œuvrez à construire votre porte de sortie, vous gâchez toujours votre vie dans ce boulot pourri. Il y a de grandes chances qu’en plus, vous consacriez une bonne partie de votre temps libre d’aujourd’hui à construire votre liberté de demain.

Ne vous méprenez pas : je vous encourage, si vous le pouvez, à consacrer une partie de vos revenus actuels pour développer des revenus passifs, qui seront des leviers incontestables, MAIS pas au prix de votre bonheur au présent. Gardez à l’esprit que pendant que vous être occupés à bâtir votre futur, votre vie s’écoule.

Ainsi, pour ne pas en perdre une miette, je vous propose deux alternatives que vous pouvez mettre en place immédiatement pour sortir de la rat race sans attendre 20 ans et sacrifier votre qualité de vie:

1 – Le choix de la simplicité

Avez-vous besoin du dernier écran plat, de ce sac à la mode, de ce gadget de cuisine ? L’un des pièges de la rat race est de nous faire croire que OUI, qu’ils sont parfaitement indispensables, que nous ne somme rien si nous ne consommons pas. C’est ironique d’avoir besoin de plats tout prêts parce que le travail nous ôte toute énergie de cuisiner, d’objets divers pour nous faire gagner du temps, temps que nous sommes prêts à perdre en réunions ou dans les transports. Donc prenez le temps d’analyser l’ensemble de vos dépenses de consommation et revenez aux basiques ! Car moins votre niveau de dépense sera élevé, moins vous aurez besoin d’argent, moins vous aurez besoin de travailler, plus vous serez libre. Mettez dans la balance chaque poste : d’un côté, le plaisir que cet achat vous procure et de l’autre, le prix à payer. Cette dépense mérite-t-elle vraiment que vous sacrifiez votre temps à faire ce travail que vous n’aimez pas ? Voyez chaque dépense à laquelle vous renoncez comme un barreau de moins à votre prison. Vous vous rendrez sans doute compte d’ailleurs qu’aucune de ces dépenses ne contribue profondément à votre bonheur. Si vous avez voyagé, vous avez sans doute pu observer que certaines personnes n’ont rien et affichent pourtant un sourire rayonnant. D’un autre côté, tels des robots des milliers de gens s’agglutinent dans le métro, mines déconfites, avec comme seul réconfort l’idée du retour à la maison à la fin de la journée. Qui sont les plus heureux ? En faisant cette démarche, vous commencez déjà à ralentir cette roue infernale dans laquelle on vous fait courir.

C’est le choix de la simplicité. « Il en faut peu pour être heureux », dirait Baloo.

2– Le choix de la passion

Si le choix de la simplicité ne vous convient pas, alors au moins, cherchez un travail que vous aimez. On n’a qu’une vie et ce serait quand même bien dommage de la perdre dans ce travail que vous détestez. Chercher ce qui vous fait vibrer et trouver un travail qui puisse alimenter votre feu sacré. Décidez d’investir en vous, par exemple dans une formation qui vous rapprochera de vos objectifs. Soyez actif, créez des opportunités. Surtout ne vous soumettez pas au système, ayez la volonté d’en sortir sans attendre. Pas la peine, vous êtes à la retraite dans six mois ? Même une minute de vie, c’est trop précieux pour baisser les bras. Bien sur, si vous activez en parallèle le levier de la simplicité, peut-être pourrez enfin accepter ce travail, moins bien payé, mais qui vous fait rêver. Vous avez peur de manquer d’argent ? Souvent quand la passion nous tire, la valeur que l’on apporte est tellement énorme que l’argent suit. Pensez à ces grands chefs passionnés de cuisine, ces artisans talentueux…

C’est le choix de la passion. « Choisis un travail que tu aimes, et tu n’auras pas à travailler un seul jour de ta vie », dirait Confucius.

En activant l’un ou l’autre deux leviers, et sans doute un peu des deux en même temps, vous arriverez sans nul doute à sortir de cette spirale infernale qu’est la rat race et construire la vie qui vous fera vibrer !

 

=> Si vous pensez que cet article peut inspirer d’autres personnes à quitter la rat race, n’hésitez pas à le partager !