Comment je me suis retrouvée devant une page blanche

Pendant 10 ans, j’ai travaillé dans une grande entreprise. J’avais une bonne situation, une bonne paie, des horaires cools, des collègues sympa et même des chèques vacances, c’est dire !

Le seul truc, c’est qu’à mesure des réorganisations et des décisions prises par la direction, mon travail était devenu complétement débile. Je demandais : pourquoi on fait ça ? On me répondait comment le faire !

Je ne m’y retrouvais plus en terme de valeur et de sens. J’avais l’impression d’avoir mis mon cerveau sur OFF, j’étais éteinte. J’ai donc décidé qu’il fallait que je trouve un moyen de sortir de ce trou pour aller me réaliser ailleurs.

Pendant plus d’un an, je n’ai rien fait. La raison et les gens autour de moi  semblaient me rappeler à quelle point mon job était confortable : juste à côté de chez moi, dans une ville que j’adore, le salaire qui tombe tous les mois, puis c’est pas qu’il était franchement pénible mon job…

Un jour, on nous a proposé à mon mari et moi de participer à un projet. C’était une start-up. C’était très risqué. Je me suis dit : c’est maintenant où jamais ! J’ai sauté sur l’occasion.

Sans entrer dans les détails, le projet s’est avéré complétement foireux. On a souffert ! Quelques mois plus tard, mon mari et moi nous sommes retrouvés tous les deux sans travail.

De l’extérieur, ça ressemblait fort à un scénario catastrophe !

Et pourtant quelle chance unique de se retrouver un jour dans sa vie face à une multitude de nouvelles possibilités ! Quelle occasion unique de réfléchir à ce que l’on veut VRAIMENT.

Voici donc comment tout a commencé, quand je me suis retrouvé devant une grande page blanche à écrire : ma vie. Et l’écrivain, bien, c’était moi !

 

La question qui m’a permis d’y voir clair

Se retrouver à la barre de sa vie, de façon aussi soudaine, c’est à la fois flippant et excitant. C’est comme si vous regardiez l’océan, fasciné par sa beauté, son immensité et en même temps intimidé par ses dangers. Votre cœur cherche l’aventure et vous dit de prendre le large, votre raison vous indique qu’il serait peut-être plus prudent de rester sur le plancher des vaches !

Certains jours donc, j’étais euphorique devant le champ des possibles, fascinée par la liberté que je pourrais peut-être conquérir.  D’autres, en proie au doute, à noyer mon chagrin sur cadre emploi et à envisager un retour à la case prison.

Je savais que je voulais être indépendante mais, au delà de ça, j’étais un peu perdue : quoi faire et comment ?

Un jour où je faisais part de mes questionnements à mon mari, il m’a posé la question suivante :

– Mais qu’est ce qui t’éclaterait de faire comme travail?

J’y ai réfléchis… et réfléchis et réfléchis. Plusieurs jours. 

Puis j’ai répondu :

– Ce que j’aimerais le plus faire comme travail, c’est… aucun!

– Arrêtes, tu tiens pas 5 min sans rien faire! 

– T’as raison, rien faire, ça je ne pourrai pas. J’ai envie de faire de tonnes de trucs dans la vie !

– Mais tu ferais quoi alors?

– Voyager, montrer le monde à nos enfants. Passer du temps avec les gens que j’aime. J’aimerais lire, apprendre et partager des connaissances. Surtout, j’aimerais agir pour améliorer les choses, contribuer à faire un monde meilleur. 

Le résumé en image :

C'est pas que j'aime pas travailler

 

Mon défi : vivre mes rêves !

Oui, ce serait ça mon idéal de vie, faire uniquement des choses que j’aime, des choses utiles.

En résumé, je ne veux pas travailler. Le temps est un bien trop précieux pour l’utiliser à faire des choses que l’on aime pas ou qui n’ont pas de sens, même contre de l’argent.

Je pense ne pas être la seule dans ce cas. D’ailleurs il suffit de se poser la question suivante : si demain je gagne à l’Euro Millions, est-ce que je continue à jouer la comédie du 9h-18h?

Car en fait, le fond du problème est bien là. Dans la vraie vie, il y a un truc qui s’appelle le fric et qui fait qu’on passe en pilotage automatique dès le lundi matin au lieu de vivre nos rêves.

Comme disait Coluche, les gens ne veulent pas de travail, de l’argent leur suffirait !

Coluche Citation Travail et Argent

Je me demandais s’il n’y avait pas un autre moyen quand même car c’est dommage de renoncer à ses rêves juste pour aller gagner ces foutus euros.

Aujourd’hui donc je partage avec vous mon défi :

Je me laisse 18 mois pour vivre uniquement de ce qui me plaît, réaliser mes rêves et changer le monde.

 

=> Et vous, quels sont vos rêves ? Partagez dans les commentaires ci-dessous vos rêves les plus fous !

Recherches utilisées pour trouver cet articleje ne veut pas travailler