Votre métier a-t-il du sens ou avez-vous un « bullshit job »?

 

C’est quoi un job à la con ?

Il existe des métiers dont nous avons tous conscience de l’utilité (boulanger, infirmière, musicien, …) et dont le monde aurait bien du mal à se passer. Puis il y en a d’autres, on se demande…   Ces métiers, on les appelle les jobs à la con ou en anglais, « bullshit job ». Ce sont des emplois bidons, vides de sens et n’apportant souvent aucune réelle valeur ajoutée. Ces métiers ont été créés pour donner une existence sociale à certains travailleurs. En réalité, les technologies actuelles nous permettent de produire plus efficacement, et en conséquence, travailler moins. Et pourtant, nous travaillons toujours autant : la société semble préférer un travailleur qui brasse du vent à un chômeur qui crée de la valeur (voir mon article sur le chômage utile)

 

Comment savoir si vous avez un job à la con ?

Si vous vous demandez si vous n’avez pas par hasard un de ces jobs bidons, faites le test ! Cochez les affirmations ci-dessous si elles s’appliquent à votre activité :

  • Bien que vous travailliez en francophonie, l’intitulé de votre poste est en anglais
  • L’intitulé de votre poste contient des mots tels qu’analyst, specialist, consultant, manager, executive, regional, coordinator, junior, senior, facilitator….
  • Il vous est impossible de résumer votre activité en une courte phrase
  • Vos amis ne savent pas vraiment ce que vous faites comme métier
  • Il est rare qu’on s’intéresse à votre activité professionnelle, qu’on vous pose des questions
  • Vous pouvez aller sur Facebook tous les jours sur votre temps de travail sans que cela n’ai une quelconque incidence
  • Cumulées, vous avez plus d’une journée de réunions par semaine
  • Vous utilisez plus de 10% de votre temps à produire des indicateurs (KPI, reporting,…)
  • Vous faites régulièrement des présentations Powerpoint
  • Pour une absence de courte durée, votre remplacement n’est pas indispensable
  • Il n’existe pas de formation spécifique pour votre métier
  • Si vous faisiez grève, seul votre chef râlerait
  • Une majorité de personnes seraient indifférentes, voire plutôt contentes si votre métier n’existait plus
  • On vous demande de faire preuve de « leadership »
  • Vos objectifs sont plutôt flous et non mesurables
  • Vous avez l’impression de stagner, voire de régresser, intellectuellement

Si vous avez coché plus de 5 réponses, il y a de grandes chances que vous ayez un job à la con, mais vous le saviez déjà, n’est-ce pas ?

 

C’est grave Docteur ?

Le problème avec les jobs à la con, c’est qu’ils se nourrissent de la vie même de ceux qui les occupent. Car derrière un job à la con, il y a un humain qui utilise son temps et son énergie à faire des moulinets avec ses bras. Une fois passé la fierté d’avoir un titre qui en jette sur sa carte de visite, l’humain déchante : à quoi je sers ???

Une minorité de personnes arrive à supporter cette situation en se réalisant à l’extérieur du travail. Mais pour la grande majorité, le job à la con génère un mal-être.

Car l’Homme a besoin de SENS. Il ne peut se contenter d’être une fiche de poste, une case sur un organigramme… Comment peut-il être bien quand ce qui occupe une grande partie de son temps n’a ni queue ni tête ? Comment ne pas désespérer devant l’absurdité qui consiste à donner ce qu’il a de plus précieux, une partie de sa vie, pour produire du vent ?

Depuis le début des années 90, le taux de maladie psychiques a augmenté de façon alarmante dans les pays industrialisés. Selon une étude de 2014, le manque de sens représente 22% des causes de burnout (épuisement professionnel). En parallèle, les cas de bore-out, la maladie de l’ennui au travail, se multiplient.

Est-ce la quantité de travail ou sa nature même, vide de sens, qui épuise et rend malade ? Car on sait, quand vient le temps d’agir pour une cause qui lui tient à cœur, un challenge personnel, quelle énergie l’Homme est capable de déployer !

 

=> Vous avez un job à la con ? Témoignez dans les commentaires ci-dessous !

Recherches utilisées pour trouver cet articlejob à la con